Quand le futurisme est femme

Quand le futurisme est femme

Barbara des couleurs

10,00

Comment expliquer l’adhésion d’un si grand nombre de femmes à un courant de la peinture comme le futurisme, aussi misogyne et agressif, quelquefois vulgaire à l’égard de la féminité ? Si la présence de femmes artistes a été importante – quantitativement et qualitativement – ce questionnement s’impose à la conscience des femmes du XXIe siècle. Cet essai entend définir la toile de fond théorique du futurisme, autrement dit l’élaboration conceptuelle sur le “féminin”, qui s’est exprimée dans ces années-là et au sein de ce mouvement. D’un côté, l’adhésion au futurisme a représenté pour bien des artistes un défi et un acte convaincu de destruction et de démantèlement de stéréotypes féminins bien consolidés et, de l’autre ces gestes éversifs et anti-passéistes ne furent pas élaborés par des femmes, mais reçus passivement, ce qui déterminera des ambiguïtés, des positions souvent conciliatoires et aplaties devant l’idéologie machiste.

UGS : 9788857525945 Catégorie :
000

Comment expliquer l’adhésion d’un si grand nombre de femmes à un courant de la peinture comme le futurisme, aussi misogyne et agressif, quelquefois vulgaire à l’égard de la féminité ? Si la présence de femmes artistes a été importante – quantitativement et qualitativement – ce questionnement s’impose à la conscience des femmes du XXIe siècle. Cet essai entend définir la toile de fond théorique du futurisme, autrement dit l’élaboration conceptuelle sur le “féminin”, qui s’est exprimée dans ces années-là et au sein de ce mouvement. D’un côté, l’adhésion au futurisme a représenté pour bien des artistes un défi et un acte convaincu de destruction et de démantèlement de stéréotypes féminins bien consolidés et, de l’autre ces gestes éversifs et anti-passéistes ne furent pas élaborés par des femmes, mais reçus passivement, ce qui déterminera des ambiguïtés, des positions souvent conciliatoires et aplaties devant l’idéologie machiste. Dans la deuxième partie l’auteur aborde une figure particulière de femme et d’artiste, Barbara, née comme futuriste elle va trouver par la suite d’autres points d’abordage très différents comme le mouvement pacifiste et le féminisme, et notamment l’affinité empathique avec les textes de Luce Irigaray. L’auteur analyse le caractère prismatique de l’existence de Barbara, où s’entremêlent l’art et la vie, un binôme qui dans le futurisme apparaissait sous une forme de provocation alors que, en revanche, il transparaît des mots et des œuvres de Barbara ce chiffre de son identité de femme, conquis seulement après avoir parcouru un labyrinthe, le labyrinthe de Barbara.

Francesca Brezzi est professeur de Philosophie morale à l’Université Roma Tre, elle a été directeur du Département de Philosophie et déléguée du Recteur pour l’Égalité des Chances-Études. Parmi ses dernières publications : Antigone e la philia, 2004, Introduzione a Ricœur, 2006, Martha Nussbaum e la fragilità dell’etica, 2006, Filosofia dell’ospitalità. Secondo Levinas, 2006, Diotima presente al Simposio. L’etica problematica dei nostri tempi, 2007.

Information complémentaire

ISBN

9788857525945

Date de parution

2010

Pages

100