Livres

Filtres

Montrant 73-96 of 180 produits

Voir 24/48/Tous

Please add widgets to the WooCommerce Filters widget area in Appearance > Widgets

73-96 of 180 products

  • La République insoumise

    Le dernier roman de Michel Houellebecq représente une fraternité chrétienne et une fraternité républicaine si épuisées que la France n’aurait plus qu’à passer sous le joug de l’islam sans même subir le Djihad. Pour l’esprit républicain français, cette fiction politique est une provocation à faire un bilan de santé. Ce livre relève du genre de l’amplification, une amplification critique des thèmes développés dans Soumission.
    20,00
  • Que veut une mère?

    Que veut une mère ? En toile de fond, l’écho d’une question plus célèbre retentit. Une question soulevée par le père de la psychanalyse Sigmund Freud : que veut une femme ? Laissée sans réponse, cette question vire à l’énigme, l’énigme par excellence. Rejetée par nos sociétés, la sexualité se retrouve exclue du cadre parental. Cependant, le désir de la femme et celui de la mère sont indissolublement liés.
    22,00
  • Le déclin du Monde Antique

    Le Bas-Empire, ou antiquité tardive, est une période qui a toujours suscité un vif intérêt chez les historiens et les passionnés d’Histoire. Ce livre rélève tous les signes du déclin de la Ville éternelle : contraction démographique, stagnation économique, guerres civiles ou pressions exercées par les Barbares aux frontières. Jones nous propose une analyse éclairée de l’un des phénomènes les plus fascinants et complexes de l’Histoire.
    26,00
  • La religion des Cathares

    Hans Söderberg pose sur les Cathares, et sur l’énigme de leurs origines, un regard neuf qui fut salué par deux grands spécialistes des sciences des religions comme Henry Corbin et Henri-Charles Puech. Qui étaient donc ces grands hérétiques ? Les descendants européens des Manichéens ? Les héritiers des Bogomiles et des Pauliciens ? Les adeptes d’une secte religieuse qui vit le jour dans le sud-ouest de la France ?
    28,00
  • L’empire mouvant

    Empereur intelligent et éclairé, Gengis Khan fut aussi un guerrier tant rusé qu’invincible et un génial conquérant. Ses faits et gestes constituent une épopée qui mêle intimement légende et réalité. Voici donc l’histoire de ce jeune nomade mongol qui sut rassembler les tribus éparpillées dans les steppes d’Asie, transformer des bergers et des chasseurs en terribles guerriers pour fonder un empire qui s’étendait de l’océan Pacifique à la Méditerranée et de la Sibérie à l’Himalaya.
    24,00
  • Les origines de l’alchimie

    Tout ce que l’on écrit aujourd’hui sur l’alchimie est redevable à l’immense travail critique de Marcellin Berthelot. Berthelot s’appuie sur des documents inédits désormais perdus d’origine grecque, syriaque ou arabe et nous propose une lecture de cette « science » en tant que sorte de « protochimie ». Un ouvrage hors du temps, un grand classique de l’histoire de la science, ou de la folie des hommes la plus fascinante.
    30,00
  • Le monde byzantin

    Le monde byzantin (1947-51) de Louis Bréhier, historien français spécialiste de l’Empire byzantin, est de nouveau disponible. Avec une plume claire et transparente, l’auteur retrace l’histoire de l’Empire romain d’Orient, de sa constitution jusqu’aux événements qui en provoquèrent la chute en 1453, lorsque, commandés par Mehmed II, les Ottomans prirent Constantinople.
    28,00
  • Le monde byzantin

    Le monde byzantin (1947-51) de Louis Bréhier, historien français spécialiste de l’Empire byzantin, est de nouveau disponible. Avec une plume claire et transparente, l’auteur retrace l’histoire de l’Empire romain d’Orient, de sa constitution jusqu’aux événements qui en provoquèrent la chute en 1453, lorsque, commandés par Mehmed II, les Ottomans prirent Constantinople.
    28,00
  • Le monde byzantin

    Le monde byzantin (1947-51) de Louis Bréhier, historien français spécialiste de l’Empire byzantin, est de nouveau disponible. Avec une plume claire et transparente, l’auteur retrace l’histoire de l’Empire romain d’Orient, de sa constitution jusqu’aux événements qui en provoquèrent la chute en 1453, lorsque, commandés par Mehmed II, les Ottomans prirent Constantinople.
    28,00
  • Armée et religion

    L’ouvrage examine le comportement religieux de la légion romaine en Afrique sous l’Empire romain. L’étude approfondie des cultes propres à la communauté militaire d’Afrique – qui la distinguent des autres communautés de l’Empire romain – fait apparaître la relation avec le divin dans le camp romain, organisme commun aux dieux et aux hommes, sous un jour nouveau.
    16,00
  • La France et l’Inde

    La période comprise entre 1750 et 1800 marqua un tournant majeur dans l’évolution des pratiques coloniales en Inde : l’espoir colonial de matrice commerciale laissa progressivement place à une expansion territoriale des Européens en Asie empruntée à une véritable logique de colonisation impériale. Si la guerre de succession d’Autriche (1740-1748) avait provoqué l’interruption de la coopération européenne en Inde en oeuvre dès la fin du XVIIe siècle, ce fut la rivalité commerciale franco-anglaise à pousser les Européens à davantage d’ingérence dans la politique indienne.
    22,00
  • Nous, nous aimons le passé

    L’ouvrage nous propose une étude approfondie des idées et des protagonistes du mouvement réactionnaire italien qui s’opposa, dans la première moitié du XVIIIe siècle, à la diffusion des instances libérales, démocratiques et unitaires promues, dans la péninsule italienne, par les partisans du Risorgimento.
    12,00
  • Critique de la reconnaissance

    Axel Honneth, nouveau représentant de l’École de Francfort, articule une théorie descriptive de la reconnaissance à la dimension prescriptive d’une théorie morale. à l’ère de la mondialisation de la reconnaissance, notre « vivre ensemble » s’articule non seulement autour d’un concept, mais surtout d’une éthique concrète : il faut reconnaître l’autre dans sa différence. La reconnaissance est source de richesse car elle exige de tous les acteurs de la société moderne qu’ils se détachent de l’idée abstraite d’autonomie pour rejoindre une vie de communauté. Ainsi chacun se voit en l’autre, et l’un vit avec l’autre.
    12,00
  • Machiavel: le pouvoir et le peuple

    Le rapport entre le pouvoir et le peuple, question majeure du Politique, ne cesse d’être interrogé depuis Le Prince de Machiavel. Parler d’ambivalence serait un euphémisme : le pouvoir manipule, instrumentalise, écrase parfois le peuple, et pourtant il se nourrit de lui, se repose sur lui et craint par-dessus tout ses révoltes. Machiavel est plus que jamais d’actualité, dans une époque traversée par des indignations et des violences collectives qui se confrontent à un interventionnisme gestionnaire en lieu et place de toute politique. On semble avoir perdu cette clarté problématique de la confrontation entre le peuple (popolo) et les élites (grandi) au sein de la république.
    18,00
  • Lacan ironiste

    Qu’est-ce que le psychanalyste Jacques Lacan visait à faire avec son fameux Séminaire tenu à Paris pendant près de trente ans : une œuvre de savoir, une approche de la vérité, une théorie du réel ? À quel genre de discours l’enseignement de Lacan appartient-il ? Quelle position y adopte-t-il séance après séance : celle du maître qui domine son sujet ou celle de l’hystérique qui exige de savoir ? Ou bien ce qui caractérise son enseignement archi-singulier et hors-norme, n’est-ce aucun des trois enjeux qui viennent d’être nommés ? On sait que dans les années 1970 Lacan a développé une théorie du discours inconscient considéré comme « lien social », dite théorie des quatre discours.
    12,00
  • Montaigne et la coutume

    La coutume constitue l’un des thèmes majeurs des Essais : Montaigne est fasciné par son immense pouvoir sur notre vie, tant individuelle que collective, et par l’extrême diversité des formes qu’elle est susceptible de lui donner. Si dans le contexte de la découverte du Nouveau Monde, il pense l’inquiétante relativité de nos habitudes, de nos lois et de nos croyances, dans celui des guerres de religion, il préconise de s’en tenir à celles qui, dans leur durée, ont su garantir la paix.
    24,00
  • Hobbes et le libéralisme

    Hobbes n’est évidemment pas un penseur libéral. Poser la question de son libéralisme n’aurait tout simplement pas de sens. En revanche, il y a un bon nombre d’aspects de sa pensée dans lesquels la tradition libérale s’est reconnue : la théorie des droits individuels inaliénables, le calcul de l’intérêt repris dans la figure de l’homme économique, la remise en cause de la justice distributive réduite à la justice de l’arbitre et de la justice commutative pensée sans égalité de valeur, la subjectivation de la valeur et sa détermination par le prix, la définition négative de la liberté, etc. En revanche, d’autres aspects de sa pensée contestent foncièrement le libéralisme : la notion du politique, la théorie de la souveraineté absolue, les droits du souverain auxquels répondent les devoirs des sujets, etc.
    16,00
  • Simmel philosophe

    Pour l’heure davantage connu et reconnu en tant que sociologue, Georg Simmel a pourtant développé une œuvre extrêmement stimulante pour la philosophie. Trop philosophe aux yeux des sociologues, trop sociologue aux yeux des philosophes, il a pâti d’une double qualification qui aurait dû lui valoir au contraire reconnaissance et admiration. Georg Simmel n’est pas seulement, à l’instar de ses deux grands contemporains, Émile Durkheim et Max Weber, le fondateur d’une discipline, dont il fut aussi le premier épistémologue ; attentif aux « petits objets » aussi bien qu’aux vastes faits sur lesquels il fut le premier à s’interroger, Simmel a été la source commune de la macrosociologie et de la microsociologie.
    12,00
  • Le soupir de la créature accablée

    « Le XXIe siècle sera religieux ou ne sera pas ». La plupart de nos contemporains – opinion publique, spécialistes des religions et philosophes confondus – sont convaincus de la justesse de ce pronostic que l’on a prêté à Malraux. Dans cet essai, l’auteur montre à l’inverse que le diagnostic de Nietzsche, « Dieu est mort », est plus que jamais d’actualité et que l’histoire à venir ne fera que le confirmer. Même le fanatisme, sous sa double modalité fondamentaliste et intégriste, doit être interprété comme le signe du déclin et non pas comme celui de la vitalité de la religion.
    22,00
  • L’Union européenne entre implosion et refondation

    L’Union européenne est à la croisée des chemins. Union politique non étatique, après s’être autodétruite par deux guerres mondiales, l’Europe sait qu’elle ne peut exister et ne peut être entendue au niveau mondial que si les états européens s’unissent non seulement sur les plans économiques et financiers, mais aussi et surtout sur le plan politique.
    20,00
  • france-images-mediums-olivero-figures-extase.indd
    france-images-mediums-olivero-figures-extase.indd

    Figures de l’extase

    Les deux péons du film inachevé Que viva Mexico ! (voir l’image de couverture) incarnent plastiquement le conflit pathétique à l’œuvre dans toute figure de l’extase conçue par Sergueï Eisenstein. D’une part, ces corps suppliciés témoignent de la cruauté insensée de la torture qu’ils subissent (ensevelis dans le terrain et piétinés par des chevaux). D’autre part, ils figurent le thème politique du martyre du prolétariat : avec leur mort, ils permettront la résurrection d’un peuple entier.
    24,00
  • La géophilosophie de Gilles Deleuze

    Retrouver les racines géographiques de la philosophie pour l’arracher aux abstractions de son histoire. C’est cette exigence qui a conduit Deleuze et Guattari à thématiser la notion de « géophilosophie », qui nous invite à repenser les rapports entre les versants esthétique et politique de la philosophie, entre le lien sensible de nos corps à leurs territoires et la construction de l’espace du vivre-ensemble.
    16,00
  • Pédé, et c’est tout

    Nombreux sont ceux qui ont cru à la mise en scène du pédé qui rôde dans la nuit à ses risques et périls, tué par un jeune homme et par quelques autres voyous fascistes et homophobes. Ils y ont cru par désinformation, par indifférence, par automatisme, par antipathie envers Pasolini, quelques-uns aussi par peur. Ils ont tous dogmatiquement épousé la thèse officielle, fermant les yeux sur ses évidentes contradictions et faisant taire leurs propres scrupules de vérité.
    17,00
  • france-philosophie-mis-actualite-diderot
    france-philosophie-mis-actualite-diderot

    Umberto Eco sémioticien et romancier

    Pionnier de la sémiotique et théoricien du langage, auteur de nombreux essais sur l’esthétique et les médias, Umberto Eco (1932, Alexandrie - 2016, Milan) a publié en 1980 son premier roman, Le Nom de la rose, un succès mondial. Le présent ouvrage propose au lecteur de suivre pas à pas l’oeuvre immense et variée du sémioticien, philosophe et romancier italien depuis la  n des années cinquante jusqu’à sa mort. Devant la diversité, la richesse et la variété d’une telle production, un  l conducteur se dégage, celui de l’étroite relation entre les écrits sémiotiques et philosophiques d’Eco et ses romans.
    18,00