Livres

Filtres

Montrant 121-144 of 170 produits

Voir 24/48/Tous

Please add widgets to the WooCommerce Filters widget area in Appearance > Widgets

121-144 of 170 products

  • france-histoire-vaudoyer-ambrosie-pare-les-valois
    france-histoire-vaudoyer-ambrosie-pare-les-valois

    Ambroise Paré et les Valois

    Garçon barbier à Laval, Ambroise Paré, adolescent, faisait le poil, préparait des perruques, passait le fer, pansait des ulcères. Tour à tour, il devient apprenti chirurgien, maître barbier-chirurgien « pour cognition et curation des clouds, bosses, anthrax et charbons », enfin premier chirurgien, conseiller et valet de chambre du roi Henri II.
    5,90
  • L’individu dans le monde du vivant

    L’individu dans le monde du vivant se veut une synthèse philosophique de l’état de l’art de la question de l’individu et, surtout, du processus d’individuation dans le monde du vivant. Cet ouvrage s’appuie sur des références classiques (Gilbert Simondon, François Jacob, Henri Atlan, Georges Canguilhem) et récentes (Jean-Claude Ameisen, Lynn Margulis, Frans de Waal, Joan Roughgarden) pour montrer que la coopération et l’empathie sont des moteurs aussi puissants dans l’évolution du vivant que la compétition et le conflit.
    12,00
  • Qu’est-ce que l’occident?

    En remettant en cause les critères fixes couramment employés pour définir l’Occident, comme la géographie, la démocratie, le droit, la langue, la religion ou la « race », l’auteur en propose un dynamique : l’Occident désignerait la capacité psychologique de faire progresser les cadres de la connaissance et de les intégrer dans la société.
    12,00
  • Le plaisir et la contradiction

    La philosophie ne s’est guère montrée favorable au plaisir. Que tout plaisir soit un bien, ainsi que le prétend Epicure, apparaît difficilement soutenable. Aussi débouchons-nous sur une aporie : si le plaisir ne peut être pris pour guide, en lui se dévoile la fin ultime de toutes nos actions et de nos existences. Cette problématique apparaît pour nous, modernes, fondamentale.
    22,00
  • Quand le geste fait sens

    Ces dernières années, un vif débat s’est développé autour de la valeur esthétique du geste, envisagé dans son double aspect performatif (exécutif et poïétique) et communicatif. C’est dans ce contexte que s’inscrit ce livre, qui pose une question, à la fois simple et redoutable : par quoi un geste fait-il sens pour celui qui l’exécute (le performeur) comme pour celui qui l’interprète (le spectateur) ? L’intérêt des contributions rassemblées ici réside dans le fait qu’elles abordent directement cette question à partir d’une réflexion approfondie sur les arts performatifs, visuels, sonores et littéraires. L’interrogation se déploie à travers ces différents champs. Mais qu’il s’agisse de la danse, de la musique, de la peinture, de la philosophie ou de la littérature, c’est à chaque fois l’énigme « d’un sens qui affleure à même un mouvement ou d’un mouvement qui est signifiant par sa dynamique propre » qui est repensée et posée comme un nouveau défi.
    20,00
  • Violence et messianisme

    Pourquoi faut-il découvrir dans le champ de la philosophie un espace pour l’impossible venue de ce qui n’est pas encore là ? Traduite dans la problématique du messianisme, la question que pose ce livre est de savoir s’il existe un lien entre la violence (la guerre) et la venue du Messie (de la justice, de la démocratie, de l’ordre, de la paix). Dans cette perspective, combien de violence faut-il ? Et quelles figures de violence sont susceptibles d’y mener ? L’agir messianique est-il possible ? Est-il nécessaire d’agir violemment pour qu’une nouvelle époque advienne ? Il s’agit donc de chercher l’agir qui, d’urgence, mène à l’autre et en est pourtant l’attente.
    16,00
  • Brentano et les théories contemporaines de la conscience

    Depuis deux décennies, les travaux de Franz Brentano connaissent un important regain d’intérêt dans le champ de la philosophie contemporaine de l’esprit autour du fameux problème de la conscience phénoménale.
    24,00
  • L’alientité

    La question de l’identité est une question majeure des sciences sociales, et, en particulier, de la philosophie et de la sémiotique, mais ce qui est abordé dans ce livre est moins la question de l’identité proprement dite qu’une façon de la mettre à distance : au lieu de penser l’identité à partir du sujet qui en est porteur, nous souhaitons ici la poser à partir du regard de l’autre. Il s’agit d’abord d’une sémiotique de l’alientité, qui questionne les mots par lesquelles elle s’exprime et par lesquels elle est désignée.
    28,00
  • La sociologie des possibles

    Les deux études qui composent ce volume désignent le niveau du « possible » comme lieu principal de l’enquête sociologique. Elles constituent la structure d’un protocole de recherche à définir, modifier et corriger. Il s’agit donc de deux déclinaisons d’une posture de recherche qui déchiffre la trame matérielle des relations sociales, l’espace de mouvement effectif des corps, leurs formes d’association, friction et résistance, en termes de «possibilités sociales».
    7,90
  • L’Europe et le capitalisme

    L’Union Européenne telle que nous la connaissons aujourd’hui est trop souvent présentée comme la réalisation parfaite de l’idée d’une Europe des peuples et de la liberté. Cet essai renverse cette perspective. Triomphe d’un capitalisme désormais absolu, la création de l’Union Européenne a pu révoquer l’hégémonie du politique. C’est ainsi que pour rouvrir le futur, défendre les peuples et le travail, il faut partir d’une critique radicale de l’Europe de l’euro et de la finance.
    12,00
  • Une philosophie à l’epreuve de la paix

    Le volume rassemble des contributions aussi variées qu’audacieuses, pour certaines basées sur une expérience de l’histoire. Pour d’autres philosophiques, notamment centrées sur la pensée de Sari Nusseibeh, intellectuel palestinien mondialement connu par son engagement en faveur de la paix. Sa philosophie, à ce jour peu connue en France et peut-être une pensée des vaincus pour employer les vocables de Walter Benjamin, bouscule quelques lieux communs de la pensée occidentale
    25,00
  • Principes de la sémiotique du texte

    Campagnes publicitaires, émissions télévisuelles, plateformes de communication, interactions via web, stratégies de marketing, conversations, stations de métro, immeubles, villes, instants de la vie quotidienne, expériences politiques et univers scientifiques : nous exprimons dans chacun de ces milieux des textes que la sémiotique enseigne à interpréter.
    22,00
  • Esquisse d’une phénoménologie de l’irrationnel

    Réalisation théorique la plus achevée du groupe surréaliste de Belgrade, Esquisse d’une Phénoménologie de l’Irrationnel parut en langue serbe en 1931. L’ouvrage aurait dû également être publié en français, mais le projet n’aboutit pas : au fil des années, l’Esquisse devint ainsi un texte mythique. En couplant au surréalisme la psychanalyse et le marxisme, Popovic´ et Ristic´ dressent ici un sévère réquisitoire contre l’art classique et moderne et prônent le recours à la dialectique paranoïaque de Dalí pour combattre la morale normative bourgeoise.
    16,00
  • Actualité de Diderot

    À partir de sa conception unitaire de l’homme qui se reflète dans une conception unitaire du savoir, Diderot nous invite à sortir de tout dogmatisme théorique, de tout « spécialisme » caractérisant aujourd’hui le milieu des humanités. Mais aussi il provoque notre point le plus sensible : la réflexion sur notre identité, individuelle et collective, européenne.
    22,00
  • L’islam politique et les enjeux de l’interprétation

    L’islam est religion et État : cette confusion semble être à la base de tous les conflits actuels. Le retour du califat au cours du XXe siècle, avec la fondation de mouvements militants visant à établir le Coran comme Constitution des nations musulmanes, mine la sérénité européenne. Au lendemain des attentats terroristes de Paris (2015), les rues vides et la mobilisation des forces de l’ordre nous mettent devant la terrible réalité de la guerre. Les réactions politiques se multiplient en faveur de l’attaque militaire. Peut-on vaincre le terrorisme sans alimenter la réaction et la violence des extrémistes?
    22,00
  • Éternité et violence

    La méditation d’Emanuele Severino sur le problème de l’être de l’éternité de tout étant, rejoint, avec Parménide, les racines de la philosophie grecque et se développe en opposition au déploiement de la pensée de l’Occident, condamné à penser le devenir et le passage entre l’être et le rien – fondement de son nihilisme. Dans les essais que nous publions ici, le philosophe italien se confronte à plusieurs dimensions problématiques et aporétiques – le temps, le salut, la science, l’histoire et le langage – afin de démontrer que seule la compréhension d’une vérité non épistémique de l’éternité de tout étant peut rendre compte de la folie et de la violence inhérentes à tout discours prétendant penser la réalité du devenir.
    10,00
  • La voie de l’amour

    La voie de l’amour allie la déconstruction de notre logique traditionnelle avec la construction d’un nouvel horizon culturel. Le mot philosophie pouvait s’entendre comme « sagesse de l’amour » autant que comme « amour de la sagesse ». En favorisant ce deuxième choix, notre tradition a privilégié la relation sujet-objet au détriment de la relation entre sujets, en particulier entre sujets différents.
    10,00
  • De la fin

    Le philosophe Alain Badiou, en dialogue avec Giovanbattista Tusa, propose ici d’abandonner la thèse heideggérienne d’une unité destinale de la philosophie, sous le nom de métaphysique. Plutôt que d’affirmer qu’il n’y a pas de vérité, il s’agirait alors de reconstruire une relation entre les vérités et un absolu non transcendant. En menant une critique radicale de la doctrine de la finitude, qui nous rappelle que l’être humain est mortel et qui affirme le relativisme culturel et le caractère inachevé de tout accès au vrai, le philosophe entend ainsi montrer comment le concept d’infini serait la condition des vérités universelles.
    12,00
  • Merleau-Ponty aux frontières de l’invisible

    L’œuvre de Merleau-Ponty fait l’objet depuis quelques années d’un commentaire insistant et d’une exégèse érudite. C’est désormais à une philosophie classique qu’on a affaire : donc moins à un ensemble de textes passés que nous aurions à situer, dans un espace historique ou conceptuel, qu’à une pensée désormais directement interrogée sur ses pouvoirs d’élucidation et d’éclairement. Du coup la question est de savoir ce qu’une telle pensée peut nous apprendre sur les partages, aussi vieux que la philosophie même, du corps et de l’esprit, du sensible et de l’intelligible, de l’immanence et de la transcendance ou, selon les termes de Merleau-Ponty, du visible et de l’invisible.
    22,00
  • De l’entité à l’événement

    La Monadologie est au même temps une œuvre du philosophe allemand G.W. Leibniz (1646-1716), entitulée ainsi par un éditeur qui inventa le mot, et une théorie. Les essais réunis ici en concernent l’origine, l’histoire et l’enjeu philosophique.
    18,00
  • La monadologie de Leibniz

    La Monadologie est au même temps une œuvre du philosophe allemand G.W. Leibniz (1646-1716), entitulée ainsi par un éditeur qui inventa le mot, et une théorie. Les essais réunis ici en concernent l’origine, l’histoire et l’enjeu philosophique.
    14,00
  • Vermeer, Góngora, Spinoza

    Dans les tableaux de Vermeer, comme l’Art de la peinture, la Vue de Delft ou la Jeune fille avec la perle, et dans les Soledades de Góngora, on représente, dans l’intensité d’une vision qui est à la fois – et de façon inextricable – perception sensible et intelligence, raison et imagination, la dignité des choses en elles-mêmes.
    22,00
  • La mort et le songe

    Au-delà de l’opposition traditionnelle entre mort de soi et mort de l’autre, et à l’écart de la conception heideggérienne de la mort interrogée en profondeur, cet ouvrage de Jacques Garelli prospecte une autre alternative : celle de l’expérience de la mort comme amputation du champ trans-individuel de l’être-au-monde du survivant inextricablement mêlé à l’être-au-monde du disparu.
    16,00
  • Antigone et Platon

    La dissolution juridique du conflit tragique entre les justices est à l’origine politique de l’Occident. Mais la loi ne suffit pas à résoudre les tensions qui tourmentent la pólis. Platon s’efforcera de faire disparaître cette inquiétude en immaginant un citoyen vertueux par nature, directement en harmonie avec le bien de la communauté.
    10,00