Hegel

Hegel

De la Logophonie comme chant du signe

30,00

« Le Système hégélien : un anabsolutisme intégral. Assavoir : une pensée absolue de l’absolu accomplissant une philosophie absolument anabsolue. […] D’où – plus ou moins consciente, articulée peu ou prou, par voie sénile ou juvénile, dans la lumière ou dans la ténèbre – l’interrogation à laquelle nul être pensant, sans doute, ne saurait échapper : Comment obtempérer à cette Anankè de la Raison sans se perdre. Ou plus exactement : Comment se fondre sans fondre. Ni s’effondrer. »

–> Sommaire (.PDF)
–> Présentation de l’ouvrage (.PDF)

Version numérique

Pour la version numérique, vérifiez la disponibilité sur la boutique eBook

UGS : 9788869764028 Catégorie :
000

Hegel ne dénature-t-il pas la raison en la fondant somme toute sur un acte de foi lorsqu’il maintient, dans Die Vernunft in der Geschichte, que « la seule idée qu’apporte la philosophie est la simple idée de la Raison – l’idée que la Raison gouverne le monde » ?
C’est que des pans entiers du réel, a minima, lui objecte-t-on sur-le-champ, ne peuvent être considérés absolument rationnels. La réalité de manière générale n’est-elle pas tout au contraire un jeu confus, un va-et-vient invraisemblable où le mal, la souffrance, l’exploitation d’hommes par d’autres hommes, l’égarement et la violence possèdent quasi en permanence les meilleures mains ? Et par ailleurs, dans le lignage de la tradition idéaliste, on aura tôt fait de rappeler à l’auteur que la sphère de la raison reste foncièrement distincte de la réalité dite « sensible ».
Or la raison, de rétorquer le philosophe, demeure en vérité l’unique juge : l’Histoire est-elle rationnelle, le geste ‘irréfléchi’ est-il rationnel, l’univers empirique est-il rationnel… ? Qui peut le dire sinon la réflexion, la pensée, l’exercice de la raison en commerce avec son objet. Tout objet. Y compris elle-même. On ne saurait en effet opiner sérieusement sur quelque référent sans avoir préalablement réfléchi celui-ci, sans l’avoir chamboulé, littéralement, de nos interrogations. Le vrai et le faux sont par définition les enfants d’une réflexion. Les enfants de la raison.
D’où il s’ensuit que si rien de signifiant ne peut être dit hors la raison, et que de ce fait celle-ci se révèle comme l’irréductible source de sens, il devient impératif, pour quiconque cherche véritablement à « décoder » le réel, de tout mettre en œuvre de manière à « saisir la raison dans sa détermination (die Vernunft in ihrer Bestimmung gefaßt) ». C’est le projet hégélien.

Seconde édition refondue

Jean-Luc Gouin est docteur en philosophie diplômé de l’Université Laval, en pays de Félix Leclerc. Spécialiste nord-américain du philosophe allemand Hegel, il a publié quelques ouvrages et moult articles portant pour la plupart sur celui-ci. Notamment, à ce jour, dans les Hegel-Studien, le Hegel-Jahrbuch et les Archiv für Rechts- und Sozialphilosophie (Allemagne), la Revue Philosophique de Louvain (Belgique), les Études Germaniques (France), le Freiburger Zeitschrift für Philosophie und Theologie (Suisse), les Estudios Filosóficos (Espagne), Iris. Annales de Philosophie (Liban) ainsi que dans les Philosophiques du Québec.

Information complémentaire

ISBN

9788869764028

Date de parution

2023

Pages

382