L'œil et l’esprit

Filtres

Montrant 25-33 of 33 produits

Voir 24/48/Tous

Please add widgets to the WooCommerce Filters widget area in Appearance > Widgets

25-33 of 33 products

  • Merleau-Ponty et l’esthétique aujourd’hui

    À l’occasion de la célébration du cinquantenaire de la disparition de Merleau-Ponty, en 2011, a eu lieu à l’Université de Milan un colloque international bilingue, Merleau-Ponty e l’estetica oggi / Merleau-Ponty et l’esthétique aujourd’hui. Ce titre mentionnait « l’esthétique » dans son ambiguïté constitutive de philosophie du sentir, d’un côté, et de philosophie des arts de l’autre, une ambiguïté que Merleau-Ponty a toujours revendiquée et cultivée de manière féconde.
    30,00
  • Naître au monde

    L’œuvre de Dufrenne réalise le vœu de la phénoménologie, inaugurée par Husserl : penser la « corrélation intentionnelle » de l’homme et du monde, qui présuppose une « corrélation ontologique », inscrivant l’homme dans le monde entendu comme Nature archaïque.
    24,00
  • Gaston Bachelard, une épistémologie du sujet

    « Lecteur assidu de Bachelard, Carlo Vinti a également consacré une partie de ses œuvres de philosophe et d’épistémologue à des études sur la personne. Cette double préoccupation rend compte du texte novateur qu’il nous présente aujourd’hui. En effet, alors que certains interprètes de Bachelard ont, plus ou moins occulté la ré-flexion bachelardienne sur le sujet de la science, ou bien fait un contresens sur la notion de ‘‘sujet quelconque’’ en le rapprochant de l’antihumanisme cher à Deleuze et à Foucault, Carlo Vinti a le mérite, grâce à une analyse attentive et respectueuse des cheminements bachelardiens, d’offrir une interprétation très originale qui prend le contre-pied des idées reçues et qui voit dans l’œuvre du philosophe de Bar-sur-Aube une véritable phénoménologie de la subjectivité épistémique.» (extrait de la Préface de Maryvonne Perrot).
    18,00
  • Penser l’humain avec Maldiney

    La pensée de Henri Maldiney puise dans différents champs de la connaissance aussi diversifiés que la psychopathologie, la peinture, la poésie, la philosophie classique allemande, la phénoménologie, la pensée de l’existence ou encore la linguistique. Maldiney fonde ainsi non seulement une façon transdisciplinaire du philosopher, mais il déplace la question abstraite de l’humain vers la série d’épreuves qui le constituent et qui relèvent de champs théoriques distincts.
    18,00
  • L’être en forme

    Ce livre offre une interprétation du sens et de l’orientation du dernier projet philosophique de Maurice Merleau-Ponty. Il développe cette interprétation à partir de trois grandes questions : qu’est-ce qui produit le tournant d’une phénoménologie de la perception vers une ontologie du sensible, en quoi consiste cette ontologie et comment la comprendre.
    28,00
  • La phénoménologie, cette inconnue

    Ce livre entre en polémique avec le tournant cognitiviste ou mentaliste de la phénoménologie. Visant à montrer la radicalité de la phénoménologie, il en expose, dans un premier temps, les enjeux et les possibilités, pour montrer ensuite comment ses concepts-clés – la réduction, la variation, la constitution – témoignent d’une puissance heuristique qui déborde largement le cadre des opérations de conscience dans lequel on les a enfermés.
    10,00
  • L’imagination géopoïétique

    L’espace est un emboitement de structures et de significations qui vont de l’immédiat au médiat, du concret à l’abstrait, du simple au complexe. Comment saisir ces dimensions de spatialités, comment accompagner leur déploiement et leur reconnaissance ?
    26,00
  • Nouvelles Psychogéographies

    En inventant le terme de psychogéographie, Guy Debord institue une expérience de la ville qui devait aboutir à une « science » des états psychiques en relation avec l’environnement urbain. Le projet initial de la psychogéographie n’a pas résisté à la radicalité politique des situationnistes.
    22,00
  • En réalité : Bergson au-delà de la durée

    On considère à juste titre Bergson comme le philosophe de la durée. Or, cette théorie a-t-elle été suffisamment exposée ? Ne trouve-t-on pas un autre domaine, outre la vie, où la caractérisation de la durée doive prendre tout son sens ? Pourquoi est-il question d’une durée dite « réelle » en rapport aux thèses de 1907 ?
    16,00