De la fin

12,00

Le philosophe Alain Badiou, en dialogue avec Giovanbattista Tusa, propose ici d’abandonner la thèse heideggérienne d’une unité destinale de la philosophie, sous le nom de métaphysique. Plutôt que d’affirmer qu’il n’y a pas de vérité, il s’agirait alors de reconstruire une relation entre les vérités et un absolu non transcendant. En menant une critique radicale de la doctrine de la finitude, qui nous rappelle que l’être humain est mortel et qui affirme le relativisme culturel et le caractère inachevé de tout accès au vrai, le philosophe entend ainsi montrer comment le concept d’infini serait la condition des vérités universelles.

UGS : 9788869760907 Catégorie :
000

Le philosophe Alain Badiou, en dialogue avec Giovanbattista Tusa, propose ici d’abandonner la thèse heideggérienne d’une unité destinale de la philosophie, sous le nom de métaphysique. Plutôt que d’affirmer qu’il n’y a pas de vérité, il s’agirait alors de reconstruire une relation entre les vérités et un absolu non transcendant. En menant une critique radicale de la doctrine de la finitude, qui nous rappelle que l’être humain est mortel et qui affirme le relativisme culturel et le caractère inachevé de tout accès au vrai, le philosophe entend ainsi montrer comment le concept d’infini serait la condition des vérités universelles.

Alain Badiou (1937) est philosophe, dramaturge et romancier. Parmi ses publications : Théorie du sujet (1982), L’Être et l’événement (1988), Conditions (1992) Logiques des mondes (2006), La République de Platon (2012). Il est actuellement professeur émérite à l’ENS de Paris.

Giovanbattista Tusa (1979) philosophe, spécialiste des médias et du cinéma, il exerce son activité à Paris et aux États-Unis, où il collabore avec de nombreuses institutions et centres de recherche.

Information complémentaire

ISBN

9788869760907

Date de parution

2017

Pages

102